04/08/2015

Cher Monsieur Blancho, mesurez-vous la portée de vos actes ?

Je m’étonne de voir que votre nom, sûrement à tort, n’est cité que dans des débats où l’Islam et l’intégration des musulmans de Suisse sont questionnés. Il est en tout cas sûr et certain, qu’en tant que Suisse de culture musulmane, je ne m’identifie pas à votre interprétation de l’Islam et je me sens encore moins représenté par votre Conseil central islamique de Suisse. Je suis le premier à condamner l’acharnement que subissent les musulmans de Suisse depuis une dizaine d’années, souvent dû à des invectives médiatiques sans grand fondement ni sans grande portée intellectuelle. Mais voilà, il y a certains moments où les voix qui dorment se doivent de se réveiller pour se faire entendre.

Que ce soit lors vos interviews dans la presse écrite ou vos passages dans l’émission Infrarouge, vous vous êtes positionné notamment sur la Burqa (non pas que je sois en faveur de sa juridicisation) avec un argumentaire qui me dérange. Il en va de même pour vos positions sur la musique, les piscines mixtes ou encore l’enseignement islamique séparé du système public. Monsieur Blancho, plusieurs associations vous l’ont répété, non seulement vous ne représentez pas l’ensemble des musulmans de Suisse, mais de plus, vos points de vue et vos interprétations du Saint Coran sont largement contestés par une grande partie (voire même une majorité je dirais) des musulmans de Suisse.

Mais voilà, nous vivons dans un pays et sur un continent qui a encore trop de mal à accepter les musulmans comme partie intégrante de la population, ou comme citoyens à part entière. Une minorité devant de plus en plus se justifier par rapport aux actes de criminels agissant au nom de leur religion ou encore justifier le fait d’appartenir à une religion différente de la majorité. A ce titre Monsieur Blancho, les médias et certains citoyens considèrent (que trop souvent) vos propos et en tirent des conclusions qui bien souvent font du tort à vos frères et sœurs musulmans. Alors quand je lis que maintenant vous vous obstinez à vouloir porter une arme, mes cheveux se dressent sur ma tête ! Premièrement, si on se sent menacé de mort Monsieur, en Suisse (et non pas aux États-Unis), on fait appel aux services de protection de l’État et on porte plainte. Deuxièmement, depuis quand le président d’une association soi-disant « fondée pour être au service de la société et être un acteur pour un développement sauf de tout extrémisme » pourrait détenir une arme afin de se faire justice soi-même?

Et finalement Monsieur Blancho, vous n'êtes pas sans savoir que vos déclarations, votre comportement et votre vie plus en générale sont scrutés par les médias, que tout cela a des conséquences directes sur la vie quotidienne de milliers de musulmans de Suisse qui doivent faire face à un contexte difficile, constamment jugés et méfiés à leur travail, au sein des écoles, des universités ou bien au sein de leur entourage. Il n’est déjà pas facile de devoir assumer (à tort) vos positions bien trop souvent proches du hanbalisme alors que l’Islam suisse se rapproche bien plus du malékisme dans ses pratiques et sa culture. Mais en plus de çela, dans un tel contexte, nous devons assumer la demande de port d’arme d’un prétendu leader religieux censé représenter certains musulmans du pays. Avez-vous pensé à l’image que vous donnez aux Suisses non-musulmans et à l’opinion publique du pays plus en général, avez-vous pensé une seule seconde à la répercussion de votre acte dans les médias et à la portée qu’ils allaient lui donner ? Il n’est déjà pas facile d’assumer votre présence dans le paysage religieux suisse, alors je vous en conjure, MESUREZ LA PORTÉE DE VOS ACTES et réfléchissez à deux fois avant d’encore demander une exception de traitement juridique, c’est le plus grand geste que vous pourriez faire en faveur des gens que vous prétendez défendre.

Sources :

-         TdG : « Nicolas Blancho veut être armé », http://www.tdg.ch/suisse/Nicolas-Blancho-veut-etre-arme/story/10577056

-       LeTemps.ch : « Nicolas Blancho: de l’ennui à l’islam », http://www.letemps.ch/Page/Uuid/d6a1c640-4997-11df-bfe2-0...

-          Interview des représentants de l’Union des imams albanophones de Suisse : «Nicolas Blancho ne représente pas les musulmans modérés de Suisse!», http://cicad.ch/old_website/index.php?id=3752&tx_ttne...

-          Site du Conseil Islamique de Suisse, http://www.iman.ch/index.php/fr/presentation/2-presentati...

 

02:45 Publié dans Religion | Tags : religion, islam, nicolas blancho | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Je n’ai aucune affinité avec les idées de ce Monsieur, et même, aucune affinité avec une quelconque religion. Ceci étant précisé, je soutiendrais toujours que le droit doit s’appliquer de la même manière pour tous. Si ce Monsieur remplit les critères pour obtenir un port d’arme, il n’y a pas lieu de ne pas lui accorder et encore moins de prétendre le lui refuser au nom de ses idées. Monsieur Stauffer se baladait au parlement genevois avec un flingue, certes il y a eu des réactions négatives à cela, mais juste parce que c’était dans le parlement, mais pas pour ses idées.

Écrit par : Pierre-Alain Gilliéron | 04/08/2015

Justement, au vu du titre de ce monsieur, de son statut, de ses discours et de ce qu'il représente, je ne pense pas que la loi devrait lui permettre le port d'arme, ce qui lui a d'ailleurs été refusé par les autorités pour l'instant...Il en va de même pour Monsieur Staffer, surtout au vu de ses actes de justicier solitaire à Onex!

Écrit par : Omar Azzabi | 04/08/2015

Mais aussi au vu de votre propre conception de la chose. Le risque fait partie de la démocratie, et ne pas l’accepter c’est aussi accepter d’avoir déjà perdu.

Écrit par : Pierre-Alain Gilliéron | 04/08/2015

Hanbalisme, malékisme ? traduction please. Votre place semble plutôt à la formation des imams.
Pour une fois je suis d'accord avec PAG. Qu'il se grille en l'utilisant son arme. Mais qu'on vienne pas nous dire qu'on lui a interdit de faire des conneries. C'est insupportable ces gens qui veulent faire le bien des autres malgré eux.

Écrit par : Pierre Jenni | 04/08/2015

Les commentaires sont fermés.