03/11/2015

Plaidoyer pour un Conseil Fédéral multiculturel et partouzeur

Chère future Assemblée Fédérale,

Je me permets de prendre non pas ma plume mais mon clavier pour attirer votre attention sur le choix que vous devrez faire afin d’élire nos sept futurs sages au titre de Conseillers fédéraux. En effet, j’ai aujourd’hui 29 ans, j’habite dans un canton où 60% de ses habitants sont issus de la migration et dans un pays où un tiers des 6,9 millions d'individus âgés de 15 ans ou plus sont issus de la migration[1]. Mais voilà, il existe un problème puisqu’un candidat prétendument « sérieux » au Conseil des Sages a utilisé une série de mots qui font insulte à la Suisse, à mon canton et à ma propre personne ;

« Le multiculturalisme est à la société ce que la partouze est à l’amour ».

Dans un Conseil où ses membres sont appelés à la concordance et à la collégialité, comment peut-on imaginer élire une personne qui crache publiquement sur une part importante de l’histoire et de l’identité de la Suisse ? Comment me rabaisser moi, produit de l’amour issu d’une union entre une franco-suissesse et un tunisien, à une vulgaire image de pratiques sexuelles appartenant à Sodome et Gomorrhe ou à Youporn ? Comment peut-on imaginer représenter les Suisses dans leur globalité quand on compare le multiculturalisme de la société à une partouze en amour ?

Je n’oserais pas faire ici un plaidoyer en faveur du multiculturalisme en Suisse, je considèrerais cela comme étant une insulte à l’intellect et l’éducation publique suisse. Plutôt que de répondre à ce monsieur, je voudrais vous parler de ma réalité, celle d’un Suisse multiculturel issu de « l’immigration », ayant moins de 30 ans et ayant grandi autour de lui avec le multiculturalisme comme seule et unique vérité de son environnement. En effet, j’ai passé ma maturité avec des profs s’appelant Lopreno ou Pellegrini, j’ai été entrainé au foot par un Antonino et je me fais jusqu’à maintenant couper les cheveux par une Saïda, et devinez la meilleure, ils sont tous(tes) suisses. Ce multiculturalisme s’exprime de nos jours en majorité à Genève (60%) comme à Bâle (51%) et en moyenne à 35% dans les origines de la population de notre pays. Cela va même plus loin puisque pendant la dernière coupe du monde de football, j’ai pu assister à un match où notre équipe nationale possédait 14 joueurs sur 23 qui sont nés à l’étranger ou issus de parents étrangers[2].

Je vous le demande donc solennellement, le 9 décembre prochain, quand il s’agira de renouveler le Conseil Fédéral, prenez vos responsabilités et nommez-y des Sages qui soient à l’image de tout le pays et dans la concordance la plus totale. En d’autres mots, faites honneur à ce tiers de suisses issus de la migration et prônez « le multiculturalisme de partouze » comme principe fondateur de l’identité helvète.

#JeSuisPartouze1986 #GoodLuckOskarCF2016 #FreysingerGate

Interview d'Oskar Freysinger par Charlotte d’Ornellas datant du 2 novembre 2015; http://www.bvoltaire.fr/oskarfreysinger/multiculturalisme-a-societe-partouze-a-lamour,216041

02:57 Publié dans Fédérales 2015 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

L'islamisme va mettre fin à la partouze. La séance de sado-masochisme a déjà commencé et devinez qui va se soumettre ? Les gentils suisses a qui on apprend à aimer tout le monde, même ceux qui n'aiment qu'eux même.

Écrit par : norbert maendly | 03/11/2015

Si votre prof de français s'appelait Pellegrini, je comprends mieux la qualité de votre rédaction. Quant au multiculturalisme dont vous faites état, justement, la coupe est pleine, elle déborde...

Écrit par : PetitePlume | 03/11/2015

Les commentaires sont fermés.